Aziraid 2018

Je suis pas motivé, j’ai envie de rien, les raids ça me branche plus vraiment.

J’ai déjà fait l’impasse sur l’Adrénaraid, je vais faire pareil pour l’Aziraid: garder les enfants pendant que madame part chasser la balise.

Dring dring « Salut Seb c’est Mathieu, j’ai envie de faire un raid pour la première fois de ma vie, tu fais l’Aziraid avec moi »…j’allais pas dire non à un équipier tout vierge.

« Ok Mathieu, on fait ça ensemble en mode cool vu que c’est ta 1ère fois »

« Seb je te préviens j’ai un vélo tout pourri »

« Bon ok, on le fera en mode super cool alors »

Rendez-vous est pris le dimanche matin, on arrive vers 9h. J’attends mon équipier qui finit par arriver, il décharge son vélo, enfin quand je dis vélo, ça ne correspond pas tout à fait à la réalité. Mon équipier me sort une vieille bicyclette genre citybike, avec des pneus lisses et des freins à patins…je pense que même au trocathlon ils en voudraient pas.

Bon, je crois qu’on fera l’impasse sur les VTT’O et on fera que les CO. On tente tant bien que mal de fixer un porte-carte mais le cintre du fameux citybike est minuscule donc fixation impossible malgré une tentative de rembourrage avec des chiffons, puis des chambres à air…rien à faire. Mon équipier et son moral d’acier me sort une espèce de sac plastique transparent avec des scratchs pour fixer l’ensemble au guidon…tout fier de lui il me dit que ça fera l’affaire pour les cartes VTT. Nan mais Mathieu on part faire un raid, c’est pas comme si tu faisais une rando avec mamie.

Pas le temps de négocier plus longtemps, on se dirige vers la ligne de départ tous les 4 : moi, mon équipier, son citybike et son sac plastique porte-carte.

On récupère nos cartes et c’est parti pour 4h30 de folie. On commence par la CO Will (co urbaine dans Lavaré), on prend tout sur un bon rythme puis on part vers la CO Pat. On décide de faire un crochet par la VTT Phiphi qui nous accueille avec un grand sourire pour nous remettre sa carte pleine de balise. On s’engage dans la forêt et là, ça commence vraiment à être galère. Pour moi avec mes pneus Toro c’est pas top alors imaginez mon pauvre Mathieu en pneus slicks dans la boue, il avance quand même en poussant son vélo et on décide de sortir de là, on perd du temps donc direction CO Pat par la route. Et c’est parti pour une CO forestière spéciale sanglier, tu veux bouffer de la ronce et des fougères, tu veux des arbres couchés et du terrain gras, c’est la CO Pat qu’il te faut. On prend tout mais j’ai l’impression d’avoir passé une demi-journée dans cette forêt. On décolle de là avec l’objectif de faire le moins de liaison possible (ben oui ça rapporte rien) donc direction la CO Francky (CO urbaine à Vibraye). On arrive très vite à Vibraye où Francky nous accueille avec un ravito, y’a pas à dire, le Francky il sait recevoir, coca, balisto, raisins secs. Moi je suis naze, je pose mes fesses sur un siège de camping, je m’enfile un verre de coca et je discute 3 secondes avec Lloris…mais faut y aller donc c’est parti pour une co urbaine…et là le temps tourne et on voit qu’on pourra pas faire le Run n Bike de Katia alors que c’est l’épreuve de la mort qui tue qui rapporte un max de point. Réflexion avec mon équipier : soit on écourte la co urbaine et on part faire le run n bike soit on reste sur cette co, on la ratisse à 100% et on rentre…On décide de shunter pour se donner une chance de faire le run n bike…sauf qu’entre 2 balises, le cerveau se rallume : tu te souviens du nombre de km de liaison pour aller voir Katia, ouais environ 6 km…ouchh, on va pas se faire 12 km de liaison qui rapporte rien quand même. On décide donc de ratisser Vibraye, puis de rentrer à Lavaré en bipant quelques balises de la VTT’O Rod. On arrive à prendre les balises sur notre chemin tout en mettant les gaz pour arriver à l’heure parce que là je commence vraiment à douter de la vitesse de pointe du citybike. Je passe devant, j’ouvre la route, Mathieu me suit, on arrive finalement à l’heure.

C’est cool, contrat rempli, on a fait les co qu’on avait prévu de faire mais petit regret de pas faire le run n bike qui nous aurait permis de toucher le jackpot.

Alors Mathieu ça t’as plu ?

Ouais c’était bien

Bon pour le prochain coup faut vraiment penser à changer de vélo parce que là c’est pas possible. Allez de toute façon c’était juste un coup d’essai pour découvrir, on va se mettre une portion de saucisses frites derrière la cravate.

Les résultats finissent par tomber et là, c’est la claque…je me dit qu’ils ont encore merdé quand ils ont vidé les doigts. Apparemment on serait premier…pffff aucune chance, depuis quand on gagne des raids en citybike…On calcule nos points en refaisant le raid, bon, il faut se rendre à l’évidence, on vient de gagner l’Aziraid. On venait juste pour se promener et finalement on finit en haut de la boite…INCREDIBEULE

PS1 : Mathieu, oui on a gagné mais faut vraiment que tu changes de vélo.

PS2 : Merci l’équipe d’Azimut pour ce raid nickel bien géré avec un accueil au top sur toutes les épreuves.

Découverte

Seb/Mathieu 1/27

Damien/Marina 10/27 (3ème mixte/9)

Seb/Gillou 16/27

Aventure

Yann/Gaëlle 17/17 (4ème mixte/4)

2 réponses sur “Aziraid 2018”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *