UTCA 2017 solo 78km – par Dreuxxx

Gillou, 160ème en 9h26
Hugo 171ème en 9h34
Jérôme et Etienne, 193 et 194èmes en 9h54
sur 239 finishers

Les photos en fin d’article !

J-11 :

« Bon anniversaire Gillou », « Tu viens nous voir à l’UTCA? », « Banco » (de toute façon, ça ne peut pas être pire qu’il y a 10 jours au Glazig)

J-2 :

Arrivée dans notre demeure du we, beau petit gite, euh non, beau grand gite!

J’apprends la mauvaise nouvelle à tout le monde :

le joker « j’ai pas pris l’assurance annulation pour rien » a été joué, Ju a abandonné!

La raison? Son genou, son front… on ne sait pas trop, en tout cas, pour l’un des 2 il n’a tjrs rien fait, pour l’autre il y a qd même eu « arrêt de travail sans arrêt de travail… »

J-1 :

Ptite piqure de rappel mystique : le fameux mémoire dont tout le monde a tjrs entendu parler… Qui, quoi, qd, comment, pourquoi? on est au point!

Balade sur le parcours de la course, à la recherche des formes d’animaux dans les cailloux.

19H30 Etienne a oublié ses chaussures, bizarrement Jerome sourit…20h c’est pas grave il a trouvé une autre paire qui avait à peine débuté l’étape de momification dans sa voiture…

Jour J :

Vu les horaires de départ, ça va être difficile de voir tout le monde, je me concentre donc sur le 78KM

7h29 : je me gare, j’suis large départ dans 16 minutes.

7h30 : nuée de coureurs devant moi, ah j’étais pas au point sur l’heure de départ

7h35 : j’embarque Karine la locale de l’étape, « Vas y j’te fais confiance », on vire, on tourne, on boucle, pour arriver à l’endroit repéré… trop tard.

Maintenant je ne sais plus les heures (le tps passe tellement vite qd je vous attends 😉 )

On repart pour le 2eme endroit repéré par Karine, et cette fois ci le timing est bon normalement, on voit des gens qui courent vite… les 4 loustics ne doivent pas être passés!

Intuition confirmée assez rapidement par messagerie partagée (belle idée merci n’Hugo)… avec LE gd moment du we et la publication par Gillou de son oeuvre d’art!

Le premier duo passe Etienne/Jerome, en pleine forme, puis le 2eme Gillou/Hugo, tout aussi fringant!

On repart pour aller déposer Karine au départ du 50km… Je mets en marche mon super GPS qui a pour principe que je roule tjrs à la vitesse maximun autorisée sur une route, donc entre une départementale et un chemin sinueux, il n’hésite pas à me faire emprunter le chemin sinueux…

Bien lui en a pris, on retombe sur la course… Karine accepte l’arrêt, on re-crie, mêmes duo, même ordre, même écart… et déjà 1 ou 2 coureurs qui nous reconnaissent…

On repart, Karine m’explique une stratégie de parcours pour qd elle m’aura abandonnée. Merciii!

On recroise la course, « Ah mais c’est Jerome » (Oui, Jerome c’est moi, non, je n’ai pas changé…)

Tut tut de 206 et on continue.

Je jette Karine au départ du 50km, en retard, mais ses coéquipiers les 2eme relayeurs l’ont attendue!

Je repars avec mon GPS et ses chemins magiques, ma carte hyper sombre imprimée à l’arrache vendredi où je ne suis pas sure de distinguer le tracé de la course, les cartes de Karine vachement mieux, mais on est en Bretagne, et entre les lieu dits et les patelins, je suis tjrs paumée, et mon GPS a du mal à me comprendre…

Mais les 2 ou 3 annotations de Karine sont salvatrices.

La plage de je ne sais plus quoi… Mon GPS connaît pas, il connaît une rue je sais plus quoi, ça doit pas être loin.

J’y vais, feu vert, tout droit, ah non, panneau, je pile, je tourne, me voilà à destination.

J’attends.

Une vieille vient me parler « Y a une course? » « Euh… oui » (ça se voit non?), « Qui est ce qui court? » (c’est quoi cette question?!, elle la répète c’est vraiment ça sa question),

« Bah des coureurs », « Ah d’accord ».

Les 2 binômes vont bien! L’écart se creuse un peu. 18 min.

J’ai envie de pipi.

J’repars.

Je devais retrouver la balade du samedi matin… facile, bah non, j’suis un peu naze en fait en orientation… échec!

J’arrive au port de Ploumanach, le plus bel endroit de la terre mais pas à marée basse, ni qd il fait pas beau, ni qd il y a des voitures de l’autre coté… bref, j’reviendrai!

J’ai envie de pipi.

Etienne/Jerome : Etienne commence à avoir mal aux pieds

Gillou/Hugo : Hugo aux jambes.

Les autres coureurs, certains me disent bonjour pour la 4eme fois, mais je ne leur en veux pas, d’autres admirent ma vitesse de déplacement…

Je repars direction la plage de j’sais pas quoi, mais là, Karine m’a filé des instructions orales! C’est mieux!

J’arrive.

C’est trop joli!

J’ai envie de pipi.

J’attends… Un mec paumé qui arrive tjrs après son « coureur à suivre » me demande des conseils… « Bah… c’est pas facile, il peut pas courir moins vite? »

J’l’aide un peu qd même… J’ai envie de pipi. Lui aussi il galère avec les lieu dits, les patelins et son gps qui comme le mien, ne connait que les lieu dits qd on sait dans quel patelin ils sont…

J’attends…

J’ai envie de pipi.

Des gens galèrent à se prendre en photo, je le regarde bêtement, un coureur arrive et leur propose de les aider (ah mais c’est ça qu’il fallait que je fasse… mais bon ils auraient été moins contents)

Etienne/Jerome : Jerome est en pleine forme, Etienne vachement moins.

Hugo : Va mieux. »Mais dit leur que c’est pas parce que j’ai le dossard 75 que je suis parisien », il s’arrêtouille pour attendre Gillou qui suit et qui en a un peu marre. Pouf chute d’Hugo.

J’ai envie de pipi.

Les autres coureurs : « Oh mais je vous ai déjà vu plusieurs fois vous »

Je repars.

J’comprends rien au point suivant de Karine, j’sais pas où il est.

Puis dans ma tête (J’ai envie de pipi) il est trop prêt pour qu’Etienne et Jerome n’y soient pas déjà passés. J’ai envie de pipi.

J’vais donc au point suivant suivant, l’entrée/sortie de l’ile grande, j’ai envie de pipi, il y a trop de monde, j’ai envie de pipi, une camionnette qui bloque l’accès au parking, des gens, des gens, des gens, j’aime pas les gens, j’ai envie de pipi…

Je repars à l’aventure sur l’ile grande (mais pourquoi y a pas de toilettes là où ma voiture passe).

J’ai envie de pipi.

J’arrive au bout de l’ile (la aussi c’est surement plus joli à marée haute)

J’ai envie de pipi.

Je sors de mon bolide.

J’ai envie de pipi.

Du vent, du vent, du vent.

J’ai envie de pipi.

J’me camoufle.

Repère le parcours de la course, les coureurs ont l’air d’aller assez vite, je dois avoir de l’avance.

J’ai envie de pipi.

Le chemin des coureurs, un bout de champs, une haie, un chemin vide et des maisons au loin et en contre bas, j’ai envie de pipiiii, banco!

Ahhhhh le soulagem… merde tout le monde ne fait pas l’utca, il y a des coureurs du dimanche qui ont décidé de me débusquer… Un ptit sourire et un j’ai fait semblant de pas ne te voir, moi je souris bêtement et ils sont plus là.

J’ai enfin plus envie de pipi.

Un ptit coup de fil à mon neveu préféré pour son anniv.

Je retourne dans le vent le long du chemin, que des gens que je ne connais pas… Mais là c’est pas forcément des gens qui vont vite.

Y en a qui souffrent on dirait.

« Bonjour », « Bon courage », « Bravo ».

Du vent, j’ai pas trop chaud.

Jerome fait des blagues sur Whatsapp pour dire qu’ils ont tourné et entament la dernière ligne droite, ah merde j’ai p’t’etre loupé tout le monde avec mes conneries.

Marion me rassure.

J’attends.

J’attends.

Hugo poste une photo qui montre que les 2 binômes se sont rejoints. J’attends, 4 coureurs, c’est p’t’être eux, non.

2? Non plus.

Ahhh enfin des têtes de coureurs inconnus que je reconnais, c’est bon signe « Encore vous, il est derrière moi votre mari? »

« j’espère vous voir à l’arrivée… ca sera signe que je n’aurai pas abandonné »

« Ca me rassure de vous voir, c’est que je suis devant lui »

Hugo et Gillou, mal aux pattes.

10 minutes plus tard Etienne et Jerome, « plus que 30km », mais ça ne fait rire que Jerome

Je repars, totalement à l’arrache,

Tiens des coureurs, j’m’arrête. Non, j’peux pas m’garer, y a pas de place, et des gens…

J’me casse et trouve un endroit pas loin plus calme.

J’attends pas bcp.

Gillou, en pleine forme.

J’attends, personne…

Puis Hugo, au milieu de personne… J’espère qu’il a le moral parce que devant y a personne depuis un ptit bout de tps… et ça à l’air bien vide derrière.

J’attends .

« Ah mon ange, mon ange gardien » Et ouais, la fatigue se fait ressentir chez les coureurs que je ne connais pas.

« Il en a de la chance votre mari, il va avoir plein de photos ».

« Encore vous, ça me fait plaisir, vous rythmez ma course… »

Jerome saute comme un cabri… Etienne traine de la patte.

Je repars… au talent… des fois ça marche.

Bingo, des coureurs.

J’suis dans un creux, je scanne les têtes, ça me dit quelque chose, j’suis pas mal dans le timing.

Un taré descend le chemin 15 fois plus vite que les autres, et enchaine la montée en galopant, puis un 2eme, puis… Ah je dois être après le départ du 18km, j’vais surement voir d’autres rageux.

Qui sera le 1er?!

Gillou! De bonne humeur… devant les 18km…

Suivi d’assez près par Guillaume.

Puis par Gaelle et Yann.

J’attends.

Une dame s’enferme dans les toilettes publiques… puis n’arrive plus à ouvrir la porte. Elle tape, j’entends, elle retape, je rentends, elle insiste.

Je lui dit que je l’entends, mais que je ne sais pas trop ce que je peux faire pour elle… elle se calme puis réussi à ouvrir la porte (ouf!)

Et après elle me tiens compagnie dans mon attente, finalement Etienne et Jerome arrivent… C’est dur.. pour Etienne.

Je repars… au talent,

Mais j’en ai pas!

Un demi tour dans un camping abandonné, descente sur une plage où j’ai l’impression que les coureurs sont déjà passés…

Bref, j’abandonne et pars rejoindre les autres dans les marches au pied d’une église de Lannion.

Félicitations, Bravo, belle perf.

Des coureurs inconnus « Oh, mais ça fait au moins 8 fois que je vous vois?! »

Guillaume!

Gillou! Signal du départ pour ne pas louper l’arrivée, j’marche 100 mètres avec lui puis file à l’arrivée.

Juste à temps pour voir Gillou, puis Hugo, Gaelle et Yann, et Jerome et Etienne!

Tout le monde l’a fait! C’est chouette! Bravooo!

Moi j’suis à moitié crevée… d’avoir attendu! mdr Et ça devait se voir soit à ma tête soit à mon amabilité… parce que le soir, je suis retournée sur le port de Ploumanach (de nuit c’est tjrs pas top), et la réceptionniste de l’hôtel m’a glissé un « J’me dépêche vous avez l’air fatiguée ».

Voilà, c’est passionnant une journée de supportrice! Moi j’aime bien! 🙂 J’aime encore mieux avec le groupe Whatsapp!

Mais j’veux bien lire le résumé de Jerome et Etienne… j’crois que je vais bien l’aimer aussi!

4 réponses sur “UTCA 2017 solo 78km – par Dreuxxx”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *