24 heures du Mans rollers 2014

L’édition la plus pluvieuse jamais connue… mais quelques photos d’ambiance valent mieux qu’un long discours :

 

Puis quelques photos de nous, avec entre autres :

  • David et Mehdi « fiers » de notre classement après les qualifications
  • Le premier tour d’Adrien
  • Le passage de relais d’Adrien à Thierry
  • Le traditionnel camp de réfugiés dans les paddocks
  • Mehdi en action et un gros plan de ses jambes !?
  • Hugo en action derrière l’équipe de France » (qui finit 3ème duo !)
  • Adrien en action

 

Résultats :

  • Classement scratch : 132/531
  • Classement catégorie endurance : 30/93
  • 120 tours et 502km parcourus
  • Vitesse moyenne : 20.9km/h
  • Meilleur tour : 9’13″048

24 heures du Mans rollers – Réactions à chaud

Rage Endurance (Adrien, David, Jérémy, Mehdi, Sebastien) : 120 tours, soit 502.9 km 20.9 km/h de moyenne 32 / 61 cat. endurance ; 198 / 457 au scratch meilleur tour : 8'48 Rage Solo (Hugo) : 81 tours, soit 339.0 km 14.1 km/h de moyenne 18 / 67 cat. solo homme ; 371 / 457 au scratch meilleur tour : 8'48   Mehdi et Hugo, passant le ligne d'arrivée derrière le vainqueur de l'épreuve Hugo : Mes satisfactions : avoir pu rouler avec les 5 "rage endurance", en particulier Jérémy et Mehdi qui avait exactement le rythme dont j'avais besoin au moment opportun. avoir claqué un chrono avec Mehdi (merci à lui !) dans l'avant dernier tour ! ne pas avoir faibli dans la Dunlop au fil des tours avoir emmené Rphil (vainqueur l'épreuve solo) pendant une dixaine de tours... après avoir dormi presque 6h pendant qu'il patinait 😉 avoir "volé" la photo finish avec Mehdi Mes regrets : Etre parti trop vite, tout en le sachant... Avoir craqué après seulement 11h de course. Manque de mental / courage / volonté / motivation / sommeil. Et n'être reparti que 6h plus tard. Conclusion : Bonne leçon pré-GRR Faudra revenir un Lire la suite [...]

Recherche rageux !

Les 25 et 26 Mai prochains auront lieux les 24 heures du Mans rollers édition 2013. sur le mythique circuit Bugatti. Comme chaque année, nous souhaitons inscrire un maximum d’équipes. Il y a déjà un solo et une équipe de 5 et ça serait génial d’avoir une troisième formation… équipe de 10, de 5, de 2 ou de 1… c’est selon le nombre de volontaires : à voir ?

Manifestez-vous ! (On se charge de la paperasse pour ceux qui auront répondu avant Noël).

Continuer la lecture de « Recherche rageux ! »

6h de Chartres rollers

 Hugo : "Avec 2 heures de sommeil dans le coffre et le spectre des Templiers dans un futur très proche, j’étais bien décidé à faire ma course « tranquillos ». Sur la ligne de départ je recherche les solos car je sais qu’ils roulent souvent en formation et que ça permet d’avoir un rythme honnête et surtout constant sans se fatiguer. Ils sont déjà tous réunis sur la droite de la piste, je vais les rejoindre et repère des noms connus de coureurs avec qui j’ai souvent roulé au Mans quand j’étais en duo. Il y a là le fameux tandem Dan Solo & Chicken Solo, mais aussi Youb, Phil, les Bio Riders et bien d’autres… Au coup de feu, 2 groupes se forment, j’intègre le plus rapide pour 2 ou 3 tours mais le rythme est un peu trop soutenu à mon gout. Je décroche donc et vais faire quelques tours seul en attendant d’être rejoint par le wagon de solo « à l’allure plus modeste » avec qui je vais passer plus de la moitié de la course… Vu que tout le monde roule ensemble, la course devient stratégique pour ceux qui ont des objectifs de classement, y’a donc des échappées, des feintes, des relais plus ou moins appuyés, c’est assez marrant. Lire la suite [...]

24 heures du Mans rollers 2012

Les premières photos (par Jonas) :   Jamais les « 24 » ne se sont aussi mal annoncés : il faut dire qu’avec une équipe de 10 à moitié remplie, un duo dont une moitié a été malade toute la semaine, des conditions météo très incertaines et surtout l’absence de nos chrono-masseuses et des plus fidèles participants trop éloignés, trop jeune parent, trop au travail ou trop blessé, on avait de sérieuses raisons de douter… Donc vendredi, on arrive (après une heure d’attente pour se faire racketter à l’entrée) en ayant perdu tous nos repères : Seb n’est pas là, il n’a pas pu nous réserver notre emplacement habituel au camping, il nous faut donc 30 minutes de plus pour trouver l’emplacement « idéal ». Au final, on jette la tente entre deux flaques avec pour voisins : un couple de scouts avec un frigo déguisé en R2D2 (sachant qu’il n’y a pas d’électricité) et une troupe d’alcooliques en devenir avec une remorque « bob l’éponge » et une caravane dans laquelle passe-partout ne passerait pas… le décor est planté ! On doute de plus en plus ! Heureusement, notre ciel si sombre allait bientôt s’éclaircir avec la tombée de la Lire la suite [...]